Viv(r)e la recherche se propose de rassembler des témoignages, réflexions et propositions sur la recherche, le développement, l'innovation et la culture



Rechercher dans ce blog

jeudi 15 février 2018

Les délires de Macron : service national contre EHPAD, drôle de priorité

Service national universel ou parcours citoyen ? Quel coût ?
                
En mars 2017, lors d’un discours consacré à la politique de défense, Macron improvisait une mesure nouvelle, un « service national universel, encadré par les armées et la gendarmerie nationale, qui s'adressera aux jeunes femmes et hommes aptes de toute une classe d'âge, soit environ 600.000 jeunes par an»,   Cette mesure ne figurait pas dans son programme qui ne prévoyait à l'origine que de renforcer le service civique mis en place par François Hollande. Eh oui, camarades marcheurs, il arrive que la nouvelle politique  ressemble beaucoup à l’ancienne ! Ce nouveau service national n’était censé duré qu’un mois, devait  inculquer «de la discipline, de l'autorité, des priorités stratégies de la France», mais comprendre aussi «des activités physiques et sportives pour permettre la cohésion» des appelés.

S'agissant de son coût annuel, l'ex-ministre de l'Économie lui-même l'estimait d'abord entre 2 et 3 milliards d'euros par an «en régime de croisière».

En juin 2017: un premier rapport parlementaire s'inquiète des coûts (Ah ce parlement, il est bien embêtant,  trop ancienne politique !). Serge Lepeltier  annonce un coût de fonctionnement compris entre 1,5 et 2 milliards par an, mais l’investissement de départ, est évalué à plus de 15 milliards par Emmanuel Macron lui-même !

Et la Défense fait savoir qu’il est hors de question de  prélever cette somme sur son budget, déjà au maximum du taquet ! Un rapport sénatorial (Raffarin, Reiner) estime le coût du projet à 30 milliards d'euros sur cinq ans et assure que le nouveau service national «ne doit pas ‘tuer dans l'œuf' la remontée en puissance des moyens des armées» Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, affirme que le projet de service national d’un mois s'annonce «très lourd en termes d'organisation et de budget».

Service national universel ? Personne n’en veut, mais Macron s’obstine

En janvier, France Info révèle que les députés LREM qui planchent sur le sujet envisagent de remplacer le service national par un «parcours citoyen» d'une semaine par an, destiné aux collégiens et élèves de seconde, âgés de 10 à 16 ans. Ca, ça parait plus raisonnable. Mais Macron persiste et signe et  lors de ses vœux aux armées le 19 janvier confirme que le SNU «sera mené à son terme». «Il entrera à bon port, il sera conduit par l'ensemble des ministères concernés, et pas simplement par le ministère des Armées, il aura un financement ad hoc, qui ne viendra en rien impacter la loi de programmation militaire 2019-2025.

Rien à voir avec la vieille politique et les sondages montrant qu’une large majorité de Français serait  favorable au retour d'un service national ? Mais leur en a-t-on expliqué le coût ?

Dans un avis rendu le 30 janvier au ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, le Conseil d'orientation des politiques de jeunesse (COJ), un cercle d'experts, préconise de ne pas rendre le service national universel obligatoire. Le patron de la commission de la Défense de l'Assemblée Jean-Jacques Bridey (LREM) confirme que le service ne peut pas être rendu «obligatoire pour des adultes… Même si c'est adopté par le Parlement, même si on change la Constitution).

En fait, du service national universel, les armées n’en veulent pas, n’ont ni les moyens, ni le temps, ni l’envie de former des citoyens, elles qui ont déjà bien de la peine à former des soldats et à les équiper convenablement ! la ministre de la défense, Mme Parly, à son tour explique « que le service national n'aurait probablement «pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire».

Mais peu importe, Macron persiste à vouloir  que le service national universel soit «obligatoire» et dure autour du trimestre, voire de 3 à 6 mois (...) si l'on intègre un service civique».
Résumons la fantaisie macronesque: Service national universel : 15 milliards immédiatement d’investissement et à 30 milliards d'euros sur cinq ans.

18 milliards pour le service national de Macron, 160 millions pour les Ehpad

En revanche, tout le monde a pu constater l’état lamentable des Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), la manière scandaleuse, indigne, honteuse  dont les personnes âgées dépendantes y sont maltraitées, la pression qui s’exerce sur le personnel soignant et les oblige quasiment à la maltraitance.

Eh bien, nous sommes ravis d’apprendre (sur le site de La Republique en marche) que à partir de 2019, « une enquête de satisfaction sera menée chaque année auprès des résidents, pour évaluer la bienveillance, la bientraitance et la qualité de vie au travail. Les résultats de cette enquête seront publics.Consciente des difficultés que connaissent certains EHPAD, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn en appelé à “arrêter l’EHPAD bashing” et à reconnaître le travail formidable que font les professionnels de santé dans de nombreux établissements. ». !!!

Et la République en marche d »annoncer fièrement : que le gouvernement a « décidé un budget supplémentaire sur le volet « santé » des personnes âgées dépendantes de 160 millions d’euros en 2018 au soutien des EHPAD  pour permettre le recrutement de nouveaux personnels, pour l’accompagnement des établissements en difficulté et pour renforcer la présence des infirmiers de nuit dans les EHPAD.

Donc, vous avez bien lu : 15 milliards immédiatement d’investissement et à 30 milliards d'euros sur cinq ans pour la petite fantaisie de Macron, son  Service National qui de toute façon ne sera pas universel d, et en 2018, 160 millions d’euros  au soutien des EHPAD.


On aimerait en plaisanter, mais c’est l’écœurement qui domine.

vendredi 9 février 2018

Transition énergétique-PPE : la trajectoire du fou

La loi de transition énergétique, déjà idiote, scandaleuse, a été encore aggravée par les déclarations récentes du ministre Hulot précisant la PPE (Programmations pluriannuelles de l’énergie), envisageant la mise à l’arrêt de 17 tranches de 900 MW d’ici 2025, ce qui conduirait à effacer environ 16 GW de puissance nucléaire. C’est véritablement suicidaire pour plusieurs raisons : la sécurité d’approvisionnement, l’effet sur le réchauffement climatique,  l’effet sur le prix de l’énergie pour les consommateurs et la compétitivité de la France, l‘effet sur l’emploi.

Effet de l’arrêt de 17 tranches nucléaires sur la sécurité d’alimentation-hiver comme été

Compte tenu de l’incapacité de l’électricité intermittente à fournir une puissance garantie lors de ces périodes critiques, l’arrêt de 16 GW de nucléaire serait d’autant plus problématique que l’attrition du parc thermique à combustibles fossiles fera perdre 8 GW d’ici 2022 par rapport à la situation des derniers hivers (5 GW de centrales au fioul, dont il ne reste que 0,7 GW jusqu’en avril 2018, puis 3 GW de centrales au charbon d’ici 2022).

Il faudrait donc construire en urgence 20 GW de moyens de secours au gaz pour éviter de mettre une partie de la France dans le noir 3 à 4 fois par hiver, perspective à l’évidence totalement inacceptable. C’est un sujet majeur : fermer inconsidérément des capacités nucléaires dans les années à venir ferait courir des risques extrêmement importants à la sécurité d’alimentation du pays.
Et il n’ y a pas que l’hiver ! En fait, en été aussi, mais pour des raisons différentes   : les risques d’instabilité instantanée du réseau lors des périodes de très faible consommation d’été.  Les réseaux sont d’autant plus sensibles aux déséquilibres introduits par l’électricité intermittente (éolienne et photovoltaïque) que la consommation est faible, la cause profonde étant une réduction de l’inertie mécanique des machines qui y sont raccordées. Cette étude montre notamment que les réseaux deviennent instables dans ces circonstances dès que le taux de pénétration instantané d’électricité intermittente atteint environ 25 %.
Pour la stabilité du réseau, nous avons besoin de moyens pilotables, de préférence  pas (ou peu) émetteurs de CO2. L’hydraulique y participe, mais  La seule autre énergie pilotable non émettrice ET non limitée en puissance est le nucléaire.

Effet de l’arrêt de 17 tranches nucléaires sur nos engagements climatiques : carbone en hausse

Grâce à la combinaison de nucléaire (77 % du mix en énergie) + d’hydraulique (12 % du mix, les autres énergies renouvelables comptant pour environ 6 %), les émissions de CO2 du secteur électrique français sont très faibles en année normale (21 Mt pour la moyenne 2014 - 2015, ce qui qualifie la France comme le grand pays développé le moins émetteur par MWh produit). C’ est un énorme avantage pour nous ; du point de vue climatique nous sommes exemplaires.
Le remplacement de  17 tranches de 900 MW nucléaire par du gaz augmentera considérablement notre bilan carbone- sur le modèle de l’ « Energiewende »  allemand, avec son arrêt criminel du nucléaire.

Effet de l’arrêt de 17 tranches nucléaires sur le prix de l’électricité. Pharamineux !

 Il faudrait donc construire en urgence 20 GW. Des investissements supplémentaires extrêmement lourds (de 52 à 63 Mds € selon les options de la PPE) devraient être consentis
En dépit de leur importance, ces investissements ne permettraient pas de retrouver la production de 16 GW de nucléaire : il y manquerait entre 9 et 12 % (selon option PPE) de production annuelle. Ce qui mettrait fin aux exportations annuelles nettes d’électricité (10 % de la production annuelle environ). D’où une perte de rentrées pour le commerce extérieur de l’ordre de 1 à 1,5 Md €/an. Mais nous avons un commerce extérieur tellement florissant que l’on peut s’en passer…
 Si l’on y ajoute l’importation des parties « nobles » des éoliennes terrestres et du photovoltaïque, toutes construites à l’étranger par absence de base industrielle nationale, et les importations supplémentaires de gaz pour alimenter les moyens d’appoint/secours, le déséquilibre global de la balance commerciale du pays serait aggravé d’environ 5 Mds €/an.
Les investissements très importants cités ci-dessus se traduiraient par une production d’électricité très chère, dépassant les 100 €/MWh (coûts d’appoint/secours inclus) à comparer aux 33 €/MWh du nucléaire prolongé.

Effet de l’arrêt de 17 tranches nucléaires sur le prix payé par le consommateur

Les consommateurs d’électricité subventionnent déjà massivement les énergies intermittentes au titre des engagements déjà pris à ce jour, pour un montant total qui devrait dépasser 100 Mds €. La mise en œuvre de la PPE renouvelables 2018-2023 (prolongée jusqu’en 2025) rajouterait à ce montant entre 36 et 62 Mds € environ, portant le total entre près de 140 et plus de 160 Mds €, en ordre de grandeur. Ce qui apparait comme très difficilement soutenable à la fois pour les consommateurs domestiques et professionnels et la compétitivité du pays. Dans ce contexte, les pouvoirs publics ne pourront plus continuer à cacher cette réalité aux consommateurs et devront les informer clairement de ce qui les attend si on va jusqu’au bout des prévisions de la PPE actuelle
Ces chiffres sont validés par  la situation allemande et la véritable catastrophe qu’elle a provoqué.  Les taxes sur les renouvelables payées par les consommateurs allemands au titre de la loi EEG ont atteint 125 Mds € pour la période 2000-2015 et devraient encore augmenter de 283 Mds € entre 2016 et 2025 ! Pour atteindre plus de… 400 Mds €, à rapporter à une puissance installée en éolien et photovoltaïque d’environ 95 GW en 2017. C’est l’une des électricités les plus chères au monde.

Résultat les consommateurs allemands payent leur électricité deux fois plus cher que les français, et c’est cette voie qui nous attend avec l’arrêt de 17 tranches.  Ca, c’est lutter contre la précarité énergétique !

Effet de l’arrêt de 17 tranches nucléaires ; en plus il va falloir indemniser

Suite à la publication de la loi LTECV, le Conseil constitutionnel a confirmé sans ambiguïté la légitimité du gouvernement à décider de l’arrêt prématuré d’un ou plusieurs réacteurs nucléaires. Mais a rappelé que tout arrêt non motivé par une raison de sûreté, par décision de l’exploitant et/ou à la demande de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire), ou encore par une décision de l’exploitant pour des raisons de rentabilité, devait donner lieu à indemnisation.
En résumé : toutes ces indemnisations seraient à la charge des contribuables… D’abord ceux des générations actuelles pour l’indemnisation à court terme, ensuite ceux des générations futures pour les indemnisations différées, entre 2041 et 2050 environ… Les pouvoirs publics devront là encore expliquer aux contribuables français, qui possèdent de facto près de 85 % des centrales concernées, que l’on va en arrêter le quart en leur demandant de payer pour cela près de 5 Mds € immédiatement et mettre à la charge de leurs enfants ou petits enfants des sommes indéterminées qui pourraient atteindre plusieurs dizaines de milliards d’euros dans les années 2040 ! Cet arrêt prématuré d’installations en parfait état de marche ayant par ailleurs comme conséquence d’augmenter fortement leurs factures d’électricité… L’incompréhension risque d’être massive, d’autant plus que cela augmenterait la dette du pays à long terme de montants inconnus mais potentiellement très élevés.

Effet de l’arrêt de 17 tranches nucléaires sur l’emploi

Des études approfondies ont montré que l’arrêt prématuré de la centrale de Fessenheim détruirait 2 200 emplois locaux, directs, indirects et induits. Si l’on extrapole là encore ces données à l’arrêt prématuré de 16 GW, ce sont près de 18 000 emplois locaux pérennes (directs, indirects et induits) qui seraient ainsi supprimées, dont plus des 2/3 à haute qualification et haute contribution économique.

Les filières éolien et photovoltaïque sont caractérisées par une absence de base industrielle en France pour la fabrication des composants principaux, qui sont importés en totalité. Il en résulte que les emplois créés le sont majoritairement dans le développement amont, les montages sur site et l’exploitation-maintenance, qui n’ont ni la qualification ni l’étendue d’emplois de développement et production de composants principaux sophistiqués. De plus, les montages sur site étant très rapides dans ces deux filières, les emplois associés sont nombreux mais éphémères : ils sont détruits dès que les investissements d’une année baissent. Quant aux emplois d’exploitation-maintenance, ils sont peu nombreux eu égard à la relative simplicité technologique des installations.  Sur la base des statistiques d’emploi publiées notamment par l’ADEME, ils peuvent être estimés en moyenne à 0,25 emploi (direct et indirect) par MW exploité. Ce qui, pour 50 à 58 GW de mix éolien + photovoltaïque, conduirait à la création d’environ 12 500 à 14 500 emplois pérennes. Qui sont donc à mettre en regard des 18 000 emplois pérennes détruits dans le nucléaire en exploitation-maintenance. 

Le bilan est donc clairement négatif au détriment des énergies intermittentes renouvelables et ne serait partiellement rééquilibré que très transitoirement par les emplois éphémères créés lors des activités de montages sur site, très brefs.

 En résumé : supprimer 16 GW de nucléaire détruirait de très nombreux emplois pérennes de très haute qualification, mais aussi des emplois locaux induits par les retombées économiques. Les filières éoliennes et photovoltaïques de remplacement créeraient numériquement moins d’emplois, surtout moins pérennes et moins qualifiés.

Cette loi de transition énergétique et cette PPE Programmations pluriannuelles de l’énergie) sont une pure folie, une trajectoire du fou.  C’est dangereux pour la sécurité d’approvisionnement, c’est néfaste pour le climat et revient à renier nos engagements en ce domaine, c’est aggraver la précarité énergétique, dégrader la compétitivité de la France et renoncer à l’un de nos rares avantages, c’est destructeur pour l’emploi.


Et merde , chaque centrale nucléaire en état de marche que vous fermez, c’est le patrimoine des français que vous dilapidez, ce sont mes impôts, et tout cela pour me faire payer l’électricité deux fois plus cher et  renier nos engament contre le réchauffement climatique !    

  

lundi 5 février 2018

Halte au nucléaire bashing (2) Les margoulins du gaz et des éoliennes

Pourquoi les producteurs de gaz adorent les éoliennes

Dans mon dernier blog (Halte au nucléaire bashing), j’écrivais «  il y a contre le nucléaire à l’œuvre une véritable campagne de désinformation, continue, acharnée, durable. En maitre d’œuvre, les tenants de la secte libérale dominant à Bruxelles, allergiques à  toute forme de service public et qui en ont juré la destruction et la privatisation, en particulier de l’énergie ; c’est que l’électricité nucléaire, en raison de son intensité capitalistique, des problèmes de sécurité, de ses liens historiques avec l’Etat rend impossible toute privatisation du secteur nucléaire- surtout après Fukushima ; et c’est très embêtant, pour les fanatiques de la libéralisation de l’énergie ; en  complices, les opportunistes très intéressés, les concurrents gaziers d’EDF, magouilleurs qui au prétexte d’énergies renouvelables veulent en réalité développer leur activité gazière,  en imbéciles complices, certains écologistes rétrogrades et scientifiquement incultes et les manipulateurs et profiteurs de peurs.
Développons : les producteurs d’électricité gazière se livrent à un lobbying intensif, indécent, éhonté…pour les éoliennes. Etrange non ! Ben non ! Car pour chaque électron produit par une éolienne, il faudra ajouter au moins quatre électrons produits par une centrale à gaz (appel à contributions : quelqu’un aurait une valeur exacte et certifiée) simplement pour pouvoir assurer la sécurité d’approvisionnement et la stabilité du réseau ( cf le blog sur la situation en Australie). Tous ceux qui veulent prendre la peine de se renseigner sur le sujet peuvent le faire et éviter la propagande très intéressées des gaziers. Sur le ton et sur le fond, un des textes les plus intéressants me parait un blog Médiapart de Pierre Yves Morvan :intitulé le solaire et l’éolien marchent au charbon (https://blogs.mediapart.fr/pierre-yves-morvan/blog/300814/le-solaire-et-l-eolien-marchent-au-charbon). Extraits :

Imaginons un mode merveilleux

« Lorsque les militants et la presse annoncent la construction d'un parc d'éoliennes de tant de MW, capable d'alimenter une ville de vingt mille habitants, il faut comprendre que ces éoliennes alimenteront une ville de vingt mille habitants, seulement les quelques rares heures où le vent aura la force exacte permettant la production nominale des éoliennes. Une éolienne de 2 MW est capable de fournir 2 MW... quand il y a du vent, le bon vent, pas trop faible, pas trop fort. Le reste du temps, elle produit moins de 2 MW, et même rien du tout. Compte tenu des fluctuations du vent, qui est brise, zéphyr, ou ouragan, tout se passe comme si une éolienne fonctionnait un quart ou un cinquième du temps à plein régime, son régime nominal... et était à l'arrêt le reste du temps 1. C'est-à-dire que ce nouveau parc d'éoliennes alimentera la ville pour l'équivalent d'un trimestre seulement. Le reste du temps, il faut trouver d'autres énergies ; lorsque l'on construit une éolienne, il faut construire aussi, ou maintenir en service, des centrales-béquilles de puissance équivalente, pour garantir la fourniture d'électricité lorsqu'il n'y a pas, ou pas assez, de vent… »

"Imaginons un monde merveilleux, avec profusion d'éoliennes, partout, et de panneaux photovoltaïques, sans aucune centrale à combustibles fossiles... Imaginons maintenant une belle nuit étoilée sans vent, de celles qui font le bonheur des amoureux et des poètes… Ce serait une belle nuit sans électricité ; l’obscure clarté qui tombe des étoiles ne produit pas d’électrons.
Cela met en évidence un gros problème de la nouvelle électricité renouvelable, celle que produisent éoliennes et panneaux photovoltaïques : elle est inconstante, instable, changeante, volage, on ne peut pas compter sur elle ; il suffit d’une saute de vent, d’un nuage qui passe... et il n'y a plus d'image à la télévision, et le TGV s'arrête en rase campagne. C'est bête à rappeler : il y a aussi des jours sans vent et des nuits sans soleil.
S'il n'y avait que les éoliennes, le TGV avancerait au rythme des tourbillons et des soupirs du vent, pouvant même rester des jours entiers en rase campagne ; pour les rendez-vous, c'est stressant. Dans ces conditions le char à voile est aussi rapide, et bien plus fun. Pour ceux qui ont le mal de mer en char à voile, il est donc nécessaire que la nouvelle électricité renouvelable soit doublée par d'autres centrales moins volages, sur lesquelles on puisse vraiment compter"

«  L'énergie éolienne n'est pas vraiment une énergie renouvelable ; aux trois quarts, c'est une énergie fossile… Les arbres d'acier des éoliennes cachent la forêt fossile. »

« C'est pourquoi, pendant que l’Espagne développait sa capacité éolienne ces dernières années, elle construisait aussi des centrales à gaz pour une capacité de 15 GW. C’est pourquoi l’Allemagne, qui prétend sortir du nucléaire, entre autres en construisant des éoliennes, est obligée de construire aussi, ou de maintenir en service, des centrales à combustible fossile pour les jours sans vent – il y en a. La construction ou la modernisation de 29 centrales au gaz et 17 au charbon est planifiée… Compte tenu de la durée de vie de ces centrales, leurs cheminées fumeront encore dans 40 ans. Les Grünen français se pâment d'admiration. »
« C'est pourquoi dans un pays comme la France, où il n'y a pas un parc suffisant de centrales à combustibles fossiles que l'on pourrait maintenir en service, la construction massive d’éoliennes nécessiterait la construction de nouvelles centrales thermiques, et entraînerait des émissions accrues de CO2. Le scénario serait le suivant, cas d'école avec des éoliennes : - - On ferme une centrale nucléaire de 1 000 MW qui n'émet pratiquement pas de CO2.
- On construit des éoliennes pour une capacité nominale de 1 000 MW.
- On construit une centrale au gaz, russe ou autre, de 1 000 MW, pour les jours sans vent, plus largement pour toutes les conditions pendant lesquelles les éoliennes n'atteignent pas leur puissance nominale.
- Compte tenu du facteur de charge des éoliennes (environ un quart), le résultat sera équivalent à des éoliennes fournissant 1 000 MW un quart du temps, et une centrale au gaz de 1 000 MW fonctionnant les trois quarts du temps, avec émission de CO2.

Tenter de remplacer une centrale nucléaire par des énergies renouvelables en France, ce n'est pas seulement se tirer une balle dans le pied, c'est carrément se tirer une balle dans le ventre. Très douloureux. »

En passant, Pierre Yves Morvan démonte la manipulation de certains chiffres, comme ceux du Danemark : « On cite le cas danois pour démontrer que c’est un faux problème ; mais c’est une fausse démonstration. Il est vrai que les Danois réussissent à injecter 20% d'électricité éolienne, par rapport à la consommation strictement danoise, sur le réseau. Mais ce résultat n'est obtenu que parce que le réseau danois fait en réalité partie d’un plus vaste réseau, incluant la Norvège et son abondante production hydraulique, laquelle est contrôlable. Dans cet ensemble la part de l’éolien danois est largement inférieure à 20% »

Alors on comprend pourquoi les gaziers plaident pour le développement des éoliennes et même la fermeture de centrales nucléaires : c’est la promesse d’immenses profits pour eux, au détriment de la lutte contre le dérèglement climatique, du coût de l’électricité, de l’indépendance énergétique nationale et de l’emploi en France.

Eurogas, un lobby gazier très efficace

La propagande des gaziers est tellement outrancière qu’elle a commencé à faire réagir certains écologistes plus intelligents et mieux informés. « Le gaz est une énergie propre » ose Mestrallet, PDG de Suez Ben ça dépend par rapport à quoi (au charbon et au fuel oui, au nucléaire non !). Et ça dépend d’où il provient : cela n’est valable, ecxplisque Alain Grandjean, conseiller de Hulot,  que si celui-ci est «produit et transporté sans fuite, ce qui n’est pas le cas du gaz de schiste». Car la fracturation hydraulique, seule technique permettant aujourd’hui d’extraire les gaz et pétroles de schiste, entraîne d’importantes fuites de méthane, qui s’ajoutent à celles qui ont lieu lors du transport, du traitement et de la distribution du gaz. Or le méthane est un gaz très réchauffant, 25 fois plus que le dioxyde de carbone (CO2). Le gaz issu du gaz de schiste est beaucoup plus néfaste pour le climat que le charbon et le fuel. Or, tous les pays européens n’ont pas interdit le gaz de schiste ! Shell a réussi à imposer au niveau européen un slogan scandaleux : « Gaz is good for Europe and Europe is good at gaz ».
Pour mémoire, Shell est l’un des lobbyistes les plus actifs auprès de la Commission Européenne- 4.5 millions d’euros de dépenses annuelles, révèle un article du Guardian du 21 sep 2015, lequel écrit aussi que le Directeur Général de l’énergie auprès de la Commission Européenne, M. Dominique Ristori, a envoyé un mel au très puissant lobby Eurogas, instrument de Shell, BP, Suez…dans lequel il le félicitait de partager complètement les vues de la Commission.  

On pourrait souhaiter politique plus avisée et s’inquiéter de ces vues complètement partagées

Et donc, demandez le contrat nucléaire !
En attendant tiens, pourquoi pas une petite lettre à votre fournisseur favori, pour un nouveau type de contrat, un contrat nucléaire :


Parce que je suis un citoyen vraiment concerné par le dérèglement climatique et que je veux une électricité décarbonée, parce que je veux lutter contre la précarité énergétique et pour la compétitivité de l’industrie française avec une énergie bon marché, parce que je veux la sureté et l’égalité d’approvisionnement sur tout le territoire et un réseau qui ne s‘effondre pas en hiver, ni d’ailleurs en été, je demande un contrat me garantissant une énergie électrique à 80% nucléaire

Résultat de recherche d'images pour "lobby gazier"

samedi 3 février 2018

Halte au nucléaire bashing

Bure/Cigeo: un raté significatif et signifiant du Monde

Raté significatif du journal de référence vespéral à propos du projet de centre d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure (CIGEO),  qui nous a valu un bel exercice de contrition du médiateur Franck Nouchi.  Le Monde du 16 janvier titrait sur quatre colonnes à la une : Nucléaire : l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) juge le projet de Bure dangereux. Ce titre énorme en première page ne correspondait pas du tout à la retranscription de l’interview du président de l’ASN en page 6, lequel jugeait que le projet de Bure était un très bon projet (« L’Andra nous a soumis un très bon dossier, commence-t-il par indiquer au quotidien. Il confirme que la zone argileuse retenue possède les caractéristiques géologiques requises. Et il marque des avancées significatives en termes de sûreté. ») à l’exception d’un sujet « important » ( c’est le rôle de l’ASN de froncer les sourcils dans ce cas), celui des colis bituminés, ,issus d’une ancienne technique de conditionnement de boues radioactives dans des matrices en bitumes. Ce ne sont pas les déchets les plus radioactifs et ils représentent 18% des colis prévus. Par ailleurs, l’ASN indique deux solutions possibles et assez faciles en mettre en œuvre, soit le reconditionnement de ces déchets, soit, pour ces déchets, un espacement plus important que prévu initialement par Cigeo. L’une ou l’autre ne devrait pas remettre en cause la mise en service du site en 2019.

Le Monde cite par exemple la réaction d’un lecteur, Clément Lemaignan, ancien Directeur de recherche au CEA : « Abonné du Monde depuis des décennies et par ailleurs ayant travaillé dans le domaine de l’industrie nucléaire et enseigné sur les aspects technologiques de cette industrie, je commence à être franchement exaspéré par le positionnement trop systématiquement anti-nucléaire du journal. A cet égard, la première page du numéro du 16 janvier dépasse ce qui est acceptable. On peut se demander ce que le rédacteur du titre de la première page veut induire dans la tête des lecteurs… »

Et de fait, les lecteurs et passants qui n‘auront vu que la une du Monde auront eu une opinion complètement déformée de Cigeo et de l’avis de l’ASN. !

Réagir à la malhonnêteté et au nucléaire bashing

Face à la colère justifiée  de certains lecteurs, le Directeur de la rédaction a reconnu une erreur : « Il faut savoir reconnaitre ses erreurs lorsqu’on en fait. Ce titre donnait l’impression que l’ensemble du projet de Bure était remis en cause. Ce n’est pas le cas. Il aurait fallu trouver une formulation plus nuancée ». Le journaliste Pierre Le Hir, qui a mené l’entretien, assume aussi honnêtement sa responsabilité : « Ce titre constitue un raccourci qui ne reflète pas la teneur de l’entretien. Il dénature le propos de M. Chevet en pouvant laisser entendre que celui-ci juge dangereux le principe même de l’enfouissement, alors qu’il défend au contraire cette solution, tout en pointant le danger que représentent en l’état actuel certains déchets…J’assume évidemment ma part de responsabilité dans cette erreur éditoriale pour n’avoir pas eu la présence d’esprit de proposer une alternative, telle que Les réserves de l’ASN, ou Le oui mais de l’ASN. »

Dont acte et absolution… pour cette fois. 

Car il y a dans la presse une attitude générale systématiquement hostile au nucléaire qui commence à devenir extrêmement pesante. Il y a là à l’œuvre une véritable campagne de désinformation, continue, acharnée, durable. En maitre d’œuvre, les tenants de la secte libérale dominant à Bruxelles, qui ont juré d’avoir la peau de tous les services publics ; c’est que l’électricité nucléaire, en raison de son intensité capitalistique, des problèmes de sécurité, de ses liens historiques avec l’Etat rend impossible toute privatisation du secteur nucléaire- surtout après Fukushima ; et c’est très embêtant, pour les fanatiques de la libéralisation de l’énergie ; en opportunistes très intéressés, les concurrents gaziers d’EDF, magouilleurs qui au prétexte d’énergies renouvelables veulent en réalité développer leur activité gazière ; et en imbéciles complices, certains écologistes rétrogrades et scientifiquement incultes et les manipulateurs et profiteurs de peurs.

C’est à  ce point que le contrat signé récemment avec la Chine, un contrat historique couronnant plus de quarante ans d’étroite et intelligente collaboration entre nucléaire civil français et chinois, n’a pas fait, c’est le moins qu’on puisse dire, l’objet de communications enthousiastes, et que M. Macron a refusé que des photographies soient prises sur le site de l’EPR chinois. Il a semble-t-il le nucléaire honteux, alors qu’ »il devrait l’avoir fier, ou peur de la nième menace de démission de M. Hulot ?

Alors, oui, pour obtenir une information honnête sur les enjeux énergétiques, il va sans doute souvent falloir s’énerver.

Je veux de l’électricité nucléaire

En attendant tiens, pourquoi pas une petite lettre à votre fournisseur préféré, pour un nouveau type de contrat, un contrat nucléaire :

Parce que je suis un citoyen vraiment concerné par le dérèglement climatique et que je veux une électricité décarbonée, parce que je veux lutter contre la précarité énergétique et pour la compétitivité de l’industrie française avec une énergie bon marché, parce que je veux la sureté et l’égalité d’approvisionnement sur tout le territoire et un réseau qui ne s‘effondre pas en hiver, ni d’ailleurs en été, je demande un contrat me garantissant une énergie électrique à 80% nucléaire.


Réacteur EPR

Réforme du Bac et du Lycée : c’est la démission finale !

La réforme du grand renoncement

Dans un récent blog, (J.M. Blanquer, serial killer de l’enseignement de l’histoire. Pourquoi tant d’indulgence ?), je m’inquiétais des précédents d’un Jean Michel Blanquer, à la manœuvre de l’Education nationale depuis très longtemps et qui avait déjà démontré sa nocivité en voulant supprimer l’enseignement de l’histoire des classes terminales. Avec l’enthousiasme béat des Natacha Polony, des Jacques Julliard devant quelques propos de bon sens sur l’enseignement de la lecture, je me sentais bien seul, à la remarquable exception de M. Laurent Wetzel  qui dans le n° de novembre 2017 de la Revue des Deux Mondes  rappelait sans complaisance ce que fut l’action destructrice de M. Blanquer  sous les différents ministres qui se sont succédés.
Eh bien la parution du rapport Mathiot sur le projet de réforme du Bac et bien plus encore du Lycée conforte toutes les inquiétudes que l’on pouvait avoir et fait la preuve d’une politique de démission complète, de renoncement à l’élitisme pour tous cher à ces grands réformateurs que furent Langevin et Wallon, d’ abandon de l’ambition de former des élèves dotés d’une solide culture générale (au moins pour certains d’entre eux), qui faisait heureusement contraster le bac français avec ses homologues anglo-saxons beaucoup plus spécialisés et de niveau moins élevé. Et ceci alors justement que le bac au format français commençait à séduire certains pays.

Les principaux points de la réforme :

Réduction à quatre épreuves ( deux majeures, deux mineures) en terminale, les épreuves anticipées de français en fin de première restent inchangées. A titre de comparaison, les élèves passent entre dix et quinze épreuves aujourd’hui, en fonction de leurs options. En terminale, le bac consisterait en deux épreuves au printemps (sur les deux majeures), et deux épreuves en juin, un grand oral et une. L’ensemble des épreuves terminales pourrait peser pour 60 % de la note.
Un grand oral de trente minutes en fin de terminale, où le candidat présenterait un projet interdisciplinaire lié à l’une de ses majeures, qui pourrait peser pour 15 % de la note globale. Est aussi mentionné la prise en compte d’activités extra scolaires
Les autres matières seraient évaluées en contrôle continu
Le rattrapage serait remplacé par un examen du livret scolaire de l’étudiant.

Et surtout, disparition des filières S,L,ES etc. Elles sont remplacées par deux disciplines "majeures" choisies dès la Première parmi une dizaine de combinaisons possibles (par exemple maths/sciences économiques ou lettres/langues) et deux disciplines "mineures" auxquelles s'ajouteraient des enseignements facultatifs.

Une réforme importante et…pas de concertation.  Bouclé en trois semaines

C’est au donc au-delà du bac et de son articulation de plus en plus problématique avec l’enseignement supérieur, en l’absence de filières identifiée, une véritable révolution du Lycée, qui est proposée, non imposée. Car Mesdames et Messieurs, selon une bonne méthode  qui a fait ses preuves avec la réforme du travail, il n’y aura pas de concertations, ou juste pour la forme puisque entre la publication du rapport Mathiot, resté soigneusement confidentiel,  et la présentation du projet de réforme en Conseil des ministres, il y aura moins de trois semaines.

Ainsi se confirme une caractéristique de ce nouveau régime : le passage en force, sans aucune étude d’impact, sans réflexion, de mesures majeures, avec une assemblée de députés qui votent sans barguigner tout ce qui a l’approbation du Chef Macron,  bien pire esclaves moutonniers  que les godillots gaullistes- dont certains avaient en fait un caractère bien trempé !  Et voilà comment passera une réforme majeure qui va hypothéquer l’avenir des enfants.

Et tant pis pour le mauvais procédé à l‘encontre de ceux qui, comme Cedric Villani, avaient été chargés de missions spécifiques, dans son cas d’une étude sur l’enseignement des mathématiques, dont la baisse de niveau inquiète nombre de scientifiques. Tant pis sur leurs conclusions vont à l'encontre de la réforme en discussion, pardon, déjà adoptée.  ( A propos, il me semble que M. Villani avale en ce moment couleuvres après couleuvres- jusqu’à quand tiendra-t-il ?)

Enseigner moins pour dépenser moins

Et surtout, il y a derrière un discours parfois habile (notamment vis-à-vis des profs de philo dont on sait la propension à l’opposition), la volonté première de faire des économies et pour cela, d’enseigner moins. Ainsi, notait un professeur d’histoire, « en 1980/90 j'enseignais 4 h d'Histoire géographie en 2nde. Dans les années 2000 3H. Les professeurs de SES font remarquer : «  une majeure c'est deux ou trois heures alors qu'aujourd'hui les SES ont 5 heures en première et souvent une heure d'accompagnement personnalisé ». La place de la philo est conforté en tant qu’épreuve, maos pas en temps d’enseignement ! Meilleure preuve de cette volonté d’enseigner moins : la forte réduction dès cette année des postes aux concours enseignants ! Pourtant, c’est sûr, il n’en manque aucun dans les classes !

Renforcement des inégalités
                                                   
On le sait, la difficulté de l’enseignement à lutter contre les inégalités sociales et culturelles et à promouvoir le talent et le mérite ne cesse de s’aggraver, et la réforme en cours va encore aggraver la situation. Pour trois raisons : 1) La suppression des filières aura pour conséquence un système encore moins lisible  Dès la seconde, il faudra qu’un jeune lycéen commence à se spécialiser par ses choix de matières, dites majeures. Par la suite, il faudra faire preuve de stratégie pour choisir les bons couplages de matières qui ouvriront les portes du supérieur. Raymond Boudon l’a bien montré : quand on multiplie les choix, ce sont ceux qui connaissent le mieux le système, ceux qui ont les meilleurs réseaux qui font les meilleurs choix. Les autres, issus de familles modestes, s’y perdent. 2) La part croissante du contrôle continu, donc basé sur des références locales d’établissement – eh bien, certains établissements sont plus égaux que d’autres, et l’on sait ce que vaudra le contrôle continu dans tel lycée prestigieux, mais pas dans tel autre. 3) l’oral, en particulier le grand oral qui comptera pour 15% favorise beaucoup plus qu’un écrit anonyme les enfants de bonnes familles et de bons quartiers.


Le rapport Mathiot vante « un lycée des possibles. Non, c’est un lycée du grand renoncement que l'on prépare

Que veut-on à la fin ? Des scientifiques idiots manifestant  « une désastreuse indifférence pour le cours général des affaires humaines, pourvu qu’il y ait sans cesse des équations à résoudre et des épingles à fabriquer ». (Auguste Comte, fustigeant la « spécialisation dispersive ?). Des littéraires « se glorifiant systématiquement de leur ignorance scientifique et philosophique, qu’ils tentent vainement d’élever en garanties d’originalité  (Auguste Comte, encore !), incapables de comprendre les méthodes et résultats généraux des sciences et des techniques qui ont façonné et façonneront de plus en plus notre monde ? Il y a derrière tout cela  la haine de l’élitisme, la fabrique de la docilité

Résultat de recherche d'images pour "rapport mathiot"

jeudi 1 février 2018

Après Céline, Maurras_ La France épurée

La censure, en toute bienveillance
Je l’écrivais dans mon dernier blog, consacré aux pressions exercées sur Gallimard pour empêcher la réédition des pamphlets de Céline : Nous vivons maintenant, en toute bienveillance, dans une société « libérale » où il devient possible et même convenable, bien considéré d’effacer des œuvres et des artistes, des écrivains de nos photos de familles patrimoniales. Nous progressons drôlement. En toute bienveillance, en tout respect de toutes les victimes, nous commençons à ressembler à ces pays totalitaires qui effaçaient les héros devenus gêneurs des photos officielles. Quelle liberté aurons-nous demain à défendre ?
Ceci est on ne peut plus confirmé par l’affaire de la « commémoration » ratée  de » Maurras ». Mais ce qui devient intéressant, c’est qu’un certain nombre d’historiens commencent à se révolter
Commémoration, qu’es acco ? Il existe en France un Haut Comité aux Commémorations chargé de conseiller le ministre de la culture et de la communication en matière de célébrations nationales.  Nommé par le ministre pour une durée de trois ans, il est présidé par l’académicienne Danièle Sallenave et compte parmi ses membres les historiens Jean-Noël Jeanneney, ancien président de Radio France, Pascal Ory , spécialiste de la collaboration, la médiéviste Claude Gauvard. Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Mme Mme Evelyne Lever, spécialiste du XVIIIème siécle, Mme Nicole Garnier, conservatrice, conservatrice de Chantilly…. Chaque année, il soumet à l’agrément du ministre la liste des anniversaires susceptibles d’être inscrits au nombre des commémorations officielles.
Maurras figurait sur cette liste et donc sur le Livre des commémorations nationales 2018, pour le cent-cinquantenaire de sa naissance, avec mention très prudente : « figure emblématique et controversée. (…) Cet écrivain reconnu tant en France qu’à l’étranger fut aussi le théoricien politique du nationalisme intégral et un polémiste redouté ». D’autre part, la préface générale de l’ouvrage rappelait : « Le passé est là, tragique et lourd, aussi bien qu’heureux, voire léger (…) Sélectionner ce qui peut échapper à l’oubli ne revient pas à écrire une histoire de France. En tissant cette toile de la mémoire collective, puisse cet ouvrage contribuer à enrichir le lien social qui ne peut s’épanouir sans puiser librement dans un passé commun ! »(Claude Gauvart).
Bref la ministre de la culture, Mme Nyssen, a d’abord accepté la liste des commémorations prévues, a d’abord salué favorablement le Livre des commémorations nationales (« « Pour illustrer la mémoire collective, les événements qui la jalonnent et les personnages qui l’animent, les commémorations nationales ont fait appel, au titre de 2018, à plus de cent spécialistes enthousiastes ». Peut-être le spécialiste de Maurras a-t-il été un poil trop enthousiaste, car devant le tollé provoqué par toujours les mêmes associations, Mme Nyssen a finalement décidé de supprimer Maurras des commémorations, et de rappeler et de faire pilonner l’ensemble des le Livre des commémorations nationales déjà diffusés. Tiens, je croyais que la Culture manquait d’argent- amis bibliophiles, ne le renvoyez pas, gardez-le précieusement, il vaudra cher ! Résistez !
La révolte des historiens
Seulement, c’est une drôle d’histoire que l’on veut écrire ainsi, et au moins deux historiens prestigieux et courageux du Haut Comité, M. Jeanneney et M. Ory se sont rebellés :
«  Commémorer, ce n’est pas célébrer. C’est se souvenir ensemble d’un moment ou d’un destin. Distinction essentielle  : on commémore la Saint-Barthélemy, on ne la célèbre pas. On commémore l’assassinat d’Henri IV par Ravaillac, on ne le célèbre pas. On commémore la Grande Guerre, on ne la célèbre pas. …  L’État devrait-il s’abstenir complètement, même du côté d’instances indépendantes telles que le Haut Comité, d’évoquer officiellement les pages noires de son histoire  ? Observons que beaucoup de ceux qui s’émeuvent de voir Maurras mentionné sont les mêmes qui reprochent ardemment aux pouvoirs publics de ne pas assez faire leur place aux épisodes dont la République peut avoir honte : on se dispensera d’en proposer ici une liste.  » Jean-Noël Jeanneney et Pascal Ory (Le Monde- 28.01.2018).
Parmi les protestataires, signalons aussi cette belle réaction d’ Éric Naulleau,– «  Disparus les pamphlets de Céline du catalogue Gallimard, Maurras des commémorations, Kevin Spacey de son dernier film et qui sait le prochain Woody Allen du studio Amazon. Comme jadis les bannis sur les photos soviétiques, comme si escamoter l’objet du débat mettait fin au débat ».
Par ailleurs, M. Jean-Noël Jeanneney, décidément assez remonté, a fait remarquer du haut de sa longue expériences, qu’un fait analogue s’était produit en 2011 lorsque Frédéric Mitterand avait accepté puis fait retirer l’écrivain Céline de la liste de ce qui s’appelait alors les Célébrations nationales. C’est à cette occasion, pour éviter que cela ne se reproduise  que M. Jeanneney avait proposé que l’on remplace le mot célébration par celui de commémoration (« C’est à l’occasion de cette affaire que j’ai proposé que le comité change de nom et soit chargé des « commémorations nationales » et non plus des « célébrations nationales Il n’est pas davantage question de « célébrer » le début de la grande guerre ou encore la Saint Barthélémy mais de se souvenir aussi des moments sinistres et des personnages sombres de notre histoire. » Commémorer n’est pas célébrer.
Eh bien, cette précaution n’a pas suffi, et en toute bienveillance les censeurs invétérés qui veulent réécrire l’histoire à leur façon ont sévi, contraignant une éditrice devenue ministre à envoyer au pilon un ouvrage qu’elle avait accepté. Une grosse couleuvre pour Mme Nyssen !

Tiens, à propos de l’actualité de Maurras. En 1880, le jeune Maurras, passionné de littérature antique romaine et grecque, provençale aussi, mais encore sans conviction politique bien claire est chargé d’écrire un article sur Martigues sous la Révolution. Et là , en déchiffrant les registres de délibérations de la commune de Martigues lui vient une révélation : c’est avant, pas après la Révolution, que les communes étaient libres, géraient le plus librement leurs affaires. Maurras anti-républicain ? Pas aussi simple : Maurras aime tellement les républiques qu’il en veut beaucoup : la République de Marseille, la République de Martigues, de Bordaux, de Toulon, de Montpellier, de Caen, de Brest…Par contre, ce dont le Maurras fédéraliste ne veut pas, c’est de la République une et indivisible, la République centralisatrice qui poursuit avec une force décuplée et une férocité inédite, et mène à fin ultime le projet de la monarchie centralisatrice. Intéressant, par temps de Catalogne, de Corse, de Padanie…
Résultat de recherche d'images pour "maurras commémoration officielle"